Benoît Hamon sur la politique environnementale, veut “appliquer le principe de précaution [et retirer immédiatement les autorisations et importations des pesticides dangereux et des perturbateurs endocriniens]”

Création : 15 février 2017
Dernière modification : 17 juin 2022

Auteur : Jean-Paul Markus

Source : Projet de Benoît Hamon

Si un produit est dangereux, on l’interdit par prévention. S’il est soupçonné de l’être, on l’autorise avec précaution.

M. Hamon confond précaution et prévention. Rien n’interdit d’interdire les produits dangereux si leur danger est prouvé. C’est le principe très ancien de prévention. Les traités européens encouragent cette prévention par des clauses de sauvegarde (art. 36 TFUE). S’agissant des normes européennes que la France trouverait trop laxistes, l’article 114 TFUE permet aussi des dérogations. Ces clauses ont pu être mises en œuvre lors de la crise de la vache folle (embargo sur le bœuf britannique dans les années 1990) et à propos des cultures OGM. Mais toute interdiction sans risque avéré constitue une atteinte injustifiée à la liberté du commerce.

En revanche, le principe de précaution est différent : constitutionnalisé en 2005 et appliqué à la protection de la santé, il vise les produits dont le risque est soupçonné mais pas connu. Il ne permet d’interdire qu’en dernier ressort, après avoir pris des mesures destinées à identifier et réduire les risques potentiels. Interdire d’emblée, sauf de façon provisoire, serait donc contraire à ce principe.

 

Une erreur dans ce contenu ? Faites-le-nous savoir : contact@lessurligneurs.eu