Yannick Jadot, sur les demandes d’asile, souhaite abandonner le “règlement Dublin”

Création : 16 janvier 2017
Dernière modification : 17 juin 2022

Autrice : Kevser Taspinar

Source : Programme de Yannick Jadot 2017

Yannick Jadot ne peut pas « abandonner la Convention de Dublin », car c’est un autre texte qui s’applique essentiellement, le règlement Dublin III, qui ne peut être abrogé que par le Parlement européen et le Conseil. Il peut, en revanche, proposer de participer à la modification en cours de ce règlement pour l’améliorer.

Yannick Jadot, le candidat à l’élection présidentielle du parti Europe Écologie Les Verts, fait référence ici à la Convention signée à Dublin le 15 juin 1990 relative à la détermination de l’État responsable de l’examen d’une demande d’asile. Cependant, cette Convention, qui a été ratifiée en France par un décret le 30 septembre 1997, a été reprise par des actes législatifs de l’Union. Actuellement, c’est le règlement Dublin III du 26 juin 2013 adopté par le Parlement européen et le Conseil qui s’applique. Ce texte établit les critères et les mécanismes de détermination de l’examen d’une demande de protection internationale d’un demandeur d’asile. C’est pour l’essentiel le premier État de l’Union franchi par le migrant qui est responsable de l’examen de sa demande.

Or, il n’est pas possible « d’abandonner » un règlement, puisqu’il s’agit d’un acte contraignant émanant du Parlement européen et du Conseil, et qui est d’application directe dans tous les États de l’Union.

Par ailleurs, la Commission européenne a déjà proposé, le 4 mai 2016, une refonte du régime d’asile européen commun. Avec la volonté, notamment, de créer un « mécanisme d’équité » qui, à travers une solidarité, assurerait un partage équitable des responsabilités entre les États membres.

 

Une erreur dans ce contenu ? Faites-le-nous savoir : contact@lessurligneurs.eu