Marine Le Pen fustige un “libre échange total” sans “aucune norme de sécurité”, ce qui veut dire que “l’Union européenne met en œuvre la concurrence déloyale”

Création : 31 mars 2017
Dernière modification : 11 mai 2022

Source : débat présidentiel, 20 mars 2017, 23h

Au lieu de proposer de taxer les entreprises qui s’installent en Europe et qui revendent en France, ce qui est contraire au principe de libre circulation, mieux vaudrait, pour rendre impossible la concurrence déloyale, réfléchir à un socle européen de droits sociaux et à des éléments de convergence fiscale.
Frédérique Berrod, Antoine Ullestad et Louis Navé, le 31 mars 2017

Dans l’imaginaire de Marine le Pen, l’UE ressemble à un espace sans frontières produisant de la concurrence déloyale.

Pourtant, le libre échange à l’intérieur de l’Union se fait, et ne peut se faire, qu’à des conditions élevées de sécurité. C’est aux États d’assumer sur ce plan leurs responsabilités (articles 36 et 52 TFUE pour les marchandises et les sociétés).

Les vicissitudes du partage des compétences ou des blocages politiques ne permettent pas toujours à l’Union de parer les effets négatifs d’un marché interconnecté et ouvert : les travailleurs détachés sont typiquement au cœur de tensions sociales dans les pays européens. Les conditions du détachement peuvent laisser se développer une concurrence qui devient déloyale si l’État d’accueil ne se protège pas, en imposant son salaire minimum par exemple, ce qui suppose d’en contrôler le respect.

Une erreur dans ce contenu ? Faites-le-nous savoir : contact@lessurligneurs.eu