Pour Ludovic Lemoues, « dans une église catholique, un Président peut faire un signe de croix ! »

Création : 12 décembre 2017
Dernière modification : 17 juin 2022

Auteur : Jérémy Surieu, sous la direction de Jean-Paul Markus

Source : Compte Twitter Ludovic Lemoues, 9 décembre 2017

Ludovic Lemoues a partiellement raison : E. Macron pouvait se signer devant le cercueil de Johnny Hallyday, pas parce qu’il était « dans une église », mais parce qu’il y est à titre privé faute de mention dans son agenda. En revanche, s’il y était en tant que Président de la République, il n’aurait pas pu faire le signe de croix.

Ludovic Lemoues, président du Front des Patriotes Républicains, s’est insurgé hier sur Twitter contre le fait que le Président de la République ne se soit pas signé devant le cercueil de Johnny Hallyday lors de la cérémonie religieuse qui se tenait en hommage à l’artiste en l’église de la Madeleine à Paris. Mais en supposant que M. Macron, qui a aussi sa liberté de conscience, ait voulu se signer, tout dépend à quel titre il participait à cet hommage, qui n’était pas une cérémonie officielle contrairement à celle en l’honneur de Jean d’Ormesson.

S’il était venu en tant que Président rendant hommage à un grand artiste, il ne pouvait se signer : en effet, selon la Constitution, « La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale » (art. 1), et « Le Président de la République veille au respect de la Constitution » (art. 5). De plus, selon la loi de 1905, « La République ne reconnaît (…) aucun culte. » (art. 2) Ainsi, le Président est garant de la neutralité religieuse de l’État, et il ne peut accomplir d’actes à signification religieuse.

Si le Président participait à l’hommage en qualité d’ami de la famille, il pouvait parfaitement se signer voire prier, comme toute personne privée rendant un dernier hommage à un ami.

Mais comment distinguer le Président Macron d’Emmanuel Macron personne privée ? Le discours prononcé à l’extérieur de l’église, la présence d’une partie du gouvernement, plaident pour une présence officielle et donc l’impossibilité de se signer ; et le fait d’être « dans une église », selon M. Lemoues, n’y change rien. Inversement, l’hommage à Johnny ne figure pas dans l’agenda du Président, ce qui tend plutôt à prouver que c’est l’ami de la famille qui était présent et non le Président. Il pouvait alors se signer.

Une erreur dans ce contenu ? Faites-le-nous savoir : contact@lessurligneurs.eu