N. Dupont-Aignan estime que « l’UMP et les socialistes […] ont violé le ‘non’ au référendum de 2005 »

Création : 3 mai 2017
Dernière modification : 17 juin 2022

Auteur : Vincent Couronne

Source : France Inter, 3 mai 2017

Nicolas Dupont-Aignan (comme bien d’autres), ne peut pas dire avec autant de certitude que la volonté du peuple a été bafouée par le traité de Lisbonne après le référendum de 2005.

Il est indéniable qu’en 2005 les Français ont voté « non » au référendum sur le projet de traité établissant une Constitution pour l’Europe. Il est tout aussi indéniable qu’en 1969 les Français ont voté « non » au référendum voulu par Charles De Gaulle sur le projet de renforcement des régions… Il est curieux pourtant que personne ne conteste le renforcement de ces régions par la loi du 5 juillet 1972. C’est d’autant plus curieux qu’en 2017, nombreux sont ceux, de l’extrême gauche à l’extrême droite, qui fustigent le Traité de Lisbonne né des cendres du référendum de 2005, comme une violation de la volonté du peuple exprimée dans les urnes. L’indignation est à géométrie variable.

Avec 30,64 % d’abstention, 54,63% de votants ont répondu « non » au référendum de 2005. Votait-on contre un Jacques Chirac impopulaire qui appelait les Français à ne pas se « tromper de question » ? Votait-on contre un texte long et complexe qui, dans les fantasmes de Nicolas Dupont-Aignan, allait faire entrer la Turquie dans l’UE ? En réalité, bien heureux celui qui réussit à identifier les enseignements d’un référendum. Une seule certitude, on répond peu à la question qui est posée.

Quoiqu’il en soit, Nicolas Sarkozy est élu en 2007 Président de la République au suffrage universel sur une promesse : faire adopter un nouveau traité dont la ratification serait autorisée par le Parlement. Ce sera le Traité de Lisbonne. Le peuple a-t-il changé d’avis ? S’intéressait-il seulement à la question ? Toujours est-il que Nicolas Sarkozy a tenu cette promesse, mandaté par le peuple souverain qui, comme le disait Rousseau, « est toujours maître de changer ses lois ».

Une erreur dans ce contenu ? Faites-le-nous savoir : contact@lessurligneurs.eu