Marine Le Pen en a marre de l’Union européenne et notamment des « directives imposées par les commissaires que personne ne connaît »

Création : 4 mai 2017
Dernière modification : 11 mai 2022

Source : Débat présidentiel, France 2, 3 mai 2017

Cette déclaration est bien étrange dans la bouche d’une députée européenne.
Frédérique Berrod et Antoine Ullestad, le 4 mai 2017

Marine Le Pen se trompe sur la réalité du système décisionnel de l’Union européenne. Une directive n’est pas imposée par la Commission qui n’a qu’un pouvoir de proposition. La directive fait ensuite la « navette » entre le Conseil de l’UE (composé des ministres de chaque Etat membre) et le Parlement européen. Ces deux institutions votent le texte, selon la procédure législative ordinaire (article 289 TFUE), en ayant d’ailleurs le pouvoir de s’y opposer et, bien évidemment, de l’amender. Marine Le Pen est députée européenne et siège au Parlement, avec 23 autres de ses collègues du Front national. C’est donc elle qui, en partie, est en charge du vote des directives. La Commission, quant à elle, n’a pas le droit de voter une directive. Elle n’est donc pas en capacité de l’imposer.

Marine Le Pen ne connaît apparemment pas plus les commissaires européens. Ce qui est surprenant, étant donné que, en tant que députée européenne, elle participe à l’audition de chaque commissaire pour déterminer s’il est, ou non, capable de remplir ses fonctions. Le Parlement « investit » la Commission européenne (article 17-7 TUE) et la contrôle (articles 17-8 et 234 TFUE). Il est bien difficile qu’elle ne les connaisse pas, car Marine Le Pen est raisonnablement présente au Parlement européen puisqu’elle participe à près de 80 % des votes.

Une erreur dans ce contenu ? Faites-le-nous savoir : contact@lessurligneurs.eu